Objectifs et rôle de la restauration scolaire

D’abord que dit l’Education Nationale (extraits du BOEN N°9 du 28 juin 2001):

« Les enfants ne prennent en général dans le cadre scolaire qu’un nombre restreint de leurs repas annuels ; l’école ne peut donc à elle seule assurer l’équilibre alimentaire des enfants. En revanche, elle peut assurer une formation élémentaire du goût, en multipliant les occasions de découverte et une éducation nutritionnelle en expliquant la nécessité de la diversité alimentaire et les inconvénients des stéréotypes. Il n’est pas question de favoriser un modèle déterminé, même s’il a la faveur des élèves, mais de montrer que la diversité des modèles dans des cultures différentes répond à des choix ancestraux justifiables. »

 

« L’aspect éducatif du repas est peut-être trop souvent oublié ou négligé. Il est bon d’en souligner l’intérêt chez les jeunes enfants qui peuvent acquérir tôt des notions simples sur les principaux aliments, en même temps qu’un bon comportement alimentaire.
En effet, les habitudes alimentaires s’acquièrent dès le plus jeune âge. Il est donc important de commencer l’éducation nutritionnelle quand les comportements et les attitudes n’ont pas encore été établis. L’école joue un rôle important, notamment dans l’éveil au goût chez les élèves. Elle doit les aider, en complémentarité avec les familles, à choisir leurs propres aliments chaque fois qu’ils peuvent le faire en dépit des tendances, des médias et des traditions et leur faire connaître les effets de l’alimentation sur leur santé. »

« Le repas de midi n’est pas seulement la prise de nutriments ou de calories. C’est aussi le moment où les élèves, après l’attention du matin, se détendent et où les échanges sociaux sont favorisés. »

« Il serait souhaitable d’organiser autour de l’alimentation des animations dont les grands axes pourraient être :
– d’éduquer le goût des élèves, valoriser le patrimoine culinaire et promouvoir des produits de bonne qualité gustative et nutritionnelle ;
– de mettre en avant un vocabulaire précis concernant les saveurs, surtout auprès des enfants qui font des confusions afin qu’ils soient capables de définir clairement leurs sensations ;
– d’expliquer les secrets de fabrication des aliments et leur composition ;
– de déguster des spécialités de pays ;
– de découvrir les odeurs, les épices et les essences. »

« Il importe d’impliquer tous les personnels de l’école ou de l’établissement ainsi que les familles dans cette démarche d’éducation. »

Les réalités de la restauration scolaire

Les chiffres: plus de 65 % des élèves de maternelle ou d’élémentaire mangent « à la cantine ». Les collégiens et lycéens sont plus de 70 %.

Combien de temps un élève passe-t-il à la cantine ? Au collège et au lycée, les élèves déjeunent en 16 à 30 minutes dans plus de 3 établissements sur 4. Seuls 8 % des collèges et lycées de l’Éducation nationale et 5 % des établissements agricoles respectent la circulaire du 25 juin 2001 qui recommande au moins 30 minutes pour le déjeuner.

Toutes les études menées sur l’offre des établissements montre que l’équilibre alimentaire des repas servis à la cantine des collèges et lycées demeure perfectible. Des efforts restent nécessaires sur la qualité des plats principaux : manque de poisson,  trop de plats riches en graisses… La teneur en calcium des produits laitiers doit également être améliorée.

Les orientations du Ministère sont elles mises en oeuvre? 20 % des collèges et lycées délivrent aux élèves des informations nutritionnelles lors des repas. De plus, 31 % des établissements de l’Éducation nationale et 53 % des lycées agricoles organisent une animation autour de l’alimentation au moins une fois par trimestre. On est donc loin du compte!

Le Conseil National de l’Alimentation formule des propositions:

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Parmi les 73 propositions du CNA, deux retiennent particulièrement notre attention concernant la restauration scolaire sur notre commune:

 

L’accueil matériel et humain des convives

Dans chaque lieu de restauration scolaire, il est nécessaire d’accueillir matériellement et humainement les jeunes mangeurs. Cet accueil doit être adapté en fonction de leur âge, leurs besoins et leurs aspirations, permettant l’instauration d’un cadre de convivialité. Dans cette perspective, il serait intéressant de recueillir régulièrement le point de vue des usagers (enfants, jeunes, parents, enseignants) sur les différents aspects de l’accueil et de proposer la mise en place d’en-quêtes de satisfaction du restaurant scolaire.

Une alimentation de qualité

Une alimentation de qualité en restauration scolaire doit assurer aux convives une sensation de satiété, tout en garantissant un bon équilibre nutritionnel, un réel plaisir de manger tendant vers une alimentation durable, inscrite dans la démarche d’agroécologie, et selon les possibilités locales. Il faut par conséquent veiller à ce que le budget « matières premières » de la restauration collective soit suffisant pour sélectionner des produits de bonne qualité nutritionnelle et gustative, permettant de respecter les recommandations en la matière, tout en assurant une juste rémunération des producteurs agricoles.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *