ZAC, ZAC… où en est-on?

Il y a 5 ans, en 2012, naissaient les 1ères études pour la création d’une ZAC rue de la Sèvre. Cinq hectares dédiés à de l’habitat individuel et collectif dont une part à caractère social comme l’impose la loi SRU(*) puis la loi ALUR(*).

Depuis 3 ans nous sommes habitués, lors des vœux du maire, à l’annonce de feuilletons différents. Au début une ZAC dédiée uniquement à l’habitat, ensuite une part consacrée à l’activité commerciale (supermarché) puis enfin un dernier scénario qui introduit quelques services (pharmacie et centre médical). Vivement le prochain feuilleton, lors des vœux de 2018 ?

En juin 2016 une vingtaine d’habitant-es lance une pétition demandant un débat avec l’ensemble de la population et les commerçants afin de déterminer quels sont les besoins réels concernant aussi bien cette ZAC que le devenir du centre bourg. Elle recueillera 1000 signatures et une fin de non recevoir de la part du maire.

Depuis cette date, la municipalité ne cesse de s’évertuer à rechercher un acteur commercial pour s’implanter dans la ZAC. Pour l’instant les résultats semblent très peu concluants. Or l’absence de cette surface commerciale dans la ZAC remet en cause de fait l’implantation des autres services.

Et si nous avions raisons lorsque nous relayons il y a 1 an la demande des pétitionnaires !

Le temps ne nous donnerait-il par raison quand nous mettions en avant la nécessité non seulement de maintenir mais aussi renforcer les commerces et services au cœur du bourg (ZAc de la Sèvre. Les propositions des élus et de l’association VIVONS). Ce qui n’est pas le cas bien au contraire en persistant à l’implantation d’un centre commercial dans la ZAC.

Il est urgent d’avoir un plan B avec la ZAC dédiée uniquement à l’habitat, le renforcement et le développement des services et commerces au cœur du bourg dont une supérette. Structure à l’échelle de notre commune permettant à tous de pouvoir s’approvisionner, à des prix abordables, en produits locaux et biologiques.

Les dernières informations dont disposent les citoyennes et les citoyens tiennent dans un article du dernier bulletin municipal. Et une conclusion assez lénifiante :

« Globalement le projet de la ZAC est bien accueilli et attendu par la population »

Beau satisfecit ! Rien d’étonnant de  leur part ! Sauf que nous sommes allés voir les doléances sur le cahier mis à disposition lors de l’expo en mairie: bilan seulement 5 commentaires dont tous effectivement ne remettent pas en cause la ZAC , mais 4 sur 5 ne voient pas l’intérêt de la surface commerciale voire la rejettent avec les mêmes arguments que les nôtres.

Quant à la participation aux permanences (qui ont démarré fin juin pour se terminer 2 semaines plus tard, là également la réussite est nulle puisque pour les 2 premiers  jours aucune visite (pour les 2 semaines suivantes pas de bilan mais il doit être peu différent). Bref l’expression “qui ne dit mot consent” perdure chez nos élus.

Bien évidemment en faisant une expo sur un mois dont la moitié en plein été (1ère quinzaine juillet) et  une publication opérationnelle auprès de la population (bulletin municipal) fin juin, rien d’étonnant que personne ne réponde… et bien si ! pour eux c’est une réussite !!

Pendant la même période pourtant, Monsieur le Maire, de son propre chef, a relancé une enseigne, faute de candidature sur ce projet de surface commerciale hors du centre bourg… L’enseigne en question se positionne sur une surface de 1000 m2… Confirmant nos craintes malgré les annonces répétées et les promesses d’une surface de 500 m2 maximum.

Cela fait maintenant 5 ans que le projet de ZAC a été lancé et rien n’a avancé… Cela devient une habitude pour cette municipalité, un autre projet, celui du Bois Geffray, figurait sur le programme de la liste Bouillant en… 2001!

 

(*) SRU (Solidarité et Renouvellement Urbains) ALUR (Accès au Logement et un Urbanisme Rénové)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *